ACTUALITÉS

Avocat spécialisé en droit du travail

Articles récents
Articles à l'affiche

Le burnout, bientôt reconnu automatiquement maladie professionnelle?


Le syndrome d'épuisement professionnel, ou burnout, combine une fatigue profonde, un désinvestissement de l'activité professionnelle, et un sentiment d'échec et d'incompétence dans le travail. Le syndrome d'épuisement professionnel est considéré comme le résultat d'un stress professionnel chronique (par exemple, lié à une surcharge de travail): l'individu, ne parvenant pas à faire face aux exigences adaptatives de son environnement professionnel, voit son énergie, sa motivation et son estime de soi décliner.

Les atteintes psychologiques et physiques montrent à quel point le syndrome d'épuisement professionnel peut être destructeur. Le sentiment de fatigue, d'épuisement, de sensation d'être vidé est le symptôme le plus typique. Les individus atteints d'un degré élevé d'épuisement professionnel ont davantage de troubles du sommeil et une plus grande fatigue au réveil. La fatigue liée au syndrome d'épuisement professionnel n'est pas celle que l'on éprouve temporairement et qui disparaît après une période de repos. Il s'agit d'une fatigue chronique.

Le syndrome d'épuisement professionnel est associé à des douleurs ou plaintes symptomatiques tels que : maux de ventre, douleurs musculo-squelettiques, en particulier le mal de dos, désordres psychosomatiques tels qu'ulcères et troubles gastro-intestinaux, manifestations classiques du stress associées à des manifestations de transpiration ou d'angoisse, réduction des défenses immunitaires, suivis de rhume prolongé.

Le malaise touche 3,2 millions de personnes en France soit environ 12 % de la population active.

Cette maladie reconnue en tant que telle est à l'origine d'un très grand nombre d'arrêts maladie.

A ce jour, le burnout n'a pas de définition officielle et n'entre pas dans la liste des maladies professionnelles reconnues de sorte qu'il faut prouver un lien direct entre le travail et la maladie et justifier d'une incapacité permanente partielle de plus de 25 % pour que le burnout soit pris en charge au titre de la maladie professionnelle. Une mission compliquée pour des salariés déjà au bord de l'effondrement.

Face à un phénomène qui progresse depuis les années 80, le député PS des Yvelines Benoît HAMON a demandé, à l'occasion de l'examen sur le dialogue social à l'Assemblée, la reconnaissance de cette maladie comme étant professionnelle.

Affaire à suivre...

#droitdutravail #avocatdijonauxerre #actualités #ACTUALITÉS #HARCÉLEMENT #RESILITIONJUDICIAIRE #INAPTITUDE